Forum Bretagne Vivante

www.forumbretagne-vivante.org
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 bonne pub

Aller en bas 
AuteurMessage
florence

avatar

Date d'inscription : 10/09/2010
Age : 35
Localisation : saturne

MessageSujet: bonne pub   Dim 25 Oct 2015 - 15:26

Les chauves-souris, réservoir de virus réémergents

mai 2012

© IRD / J-J Lemasson

Les chauves-souris sont porteuses de nombreuses maladies potentiellement réémergentes chez l’homme et les autres animaux. Une étude, réalisée en collaboration avec des chercheurs de l’IRD( 1) et publiée dans Nature communications , révèle la menace planétaire qu’elles représentent. Les chiroptères s’avèrent en effet à l’origine des paramyxovirus, responsables entre autres de la rougeole, des oreillons et de nombreuses infections respiratoires, parmi les premières causes de mortalité infantile dans le monde. Ce sont ces petits mammifères volants qui auraient transmis ces agents infectieux à l’ensemble du règne animal.
Les chercheurs ont découvert 60 nouvelles espèces de paramyxovirus. Mais ils viennent surtout d’observer chez les chauves-souris des formes génétiquement très proches de paramyxovirus que l’on pensait spécifiques à l’homme. L’existence d’un tel réservoir animal compromet les espoirs d’éradication de certaines maladies humaines comme la rougeole. D’autres virus, tels que les fulgurants Hendra et Nipah qui sévissent en Asie et en Australie, ont également été observés en état de latence en Afrique. Les chiroptères doivent dès à présent être mis sous haute surveillance.

© Cirmf / G. Maganga Les chauve-souris sont porteuses de paramyxovirus (ici Coleura afra).

Rougeole, oreillons, pneumonie, grippe ou encore encéphalites chez l’homme, maladie de Carré chez le chien, peste des petits ruminants… sont autant d’infections dues à des virus de la même famille : les Paramyxoviridae . Une vaste étude internationale( 1), réalisée en collaboration avec des chercheurs de l’IRD et publiée dans la revue Nature communications , a permis la découverte de plus de 60 nouvelles espèces de ces dangereux agents infectieux, soit près du double de celles connues jusque-là. Cette famille de pathogènes extrêmement diversifiée touche tous les animaux, des canidés aux volailles, en passant par les bovins ainsi que l’homme. Pas facile dans ces conditions de déterminer de quel hôte proviennent ces virus. Mais grâce à un échantillonnage mondial, l’équipe de recherche vient de découvrir leur origine : les chauves-souris.
Tous les indices concordent

© IRD / J-J Lemasson Eidolon helveum au Gabon

Les virologues ont réuni près de 10 000 échantillons d’animaux, dont près de 90 espèces de chiroptères( 2) provenant d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie et d’Europe. Grâce à des analyses de sang et d’organes, ils ont pu observer la grande diversité génétique des paramyxovirus chez ces petits mammifères. Cela suggère que ces agents infectieux ont eu le temps de beaucoup évoluer chez les chauves-souris au cours de l’Histoire. Ils sont donc présents de très longue date chez ces dernières. De plus, les scientifiques les ont découverts chez toutes les espèces connues de chiroptères à travers le monde. Cette répartition planétaire signifie qu’il s’est produit une diffusion de continent à continent à partir d’un ancêtre commun et que ces hôtes volants sont porteurs depuis des millénaires.

© IRD / E. Leroy Hypsignathus monstrosus

Enfin, les biologistes ont trouvé dans les organes des chauves-souris quasiment tous les genres de la famille des paramyxovirus, ce qui n’est pas le cas chez les autres animaux. Une telle représentativité virale confirme que ce sont bien elles qui sont à l’origine de l’infection de l’ensemble du règne animal. Pour apporter la preuve ultime, les chercheurs ont testé la probabilité que chaque genre – chiroptères, rongeurs, oiseaux, humains, canidés ou bovins – ait été la source de la contamination. D’après la phylogénie des paramyxovirus – c’est-à-dire en quelque sorte leur arbre génétique –, la probabilité de transfert est la plus forte depuis les chauves-souris vers les autres animaux.
La menace plane toujours

© IRD / Y. Paris Les campagnes de vaccination (ici au Sénégal) ont réduit de 85 % le nombre de décès dans le monde en dix ans.

Les chercheurs ont également fait une découverte inquiétante. Les chiroptères pourraient constituer encore aujourd’hui le réservoir de certains paramyxovirus que l’on pensait spécifiques aux humains. En effet, les scientifiques ont mis en évidence chez ces petits animaux des espèces de paramyxovirus génétiquement très proches de celles observées chez l’homme et qui pourraient à nouveau infecter ce dernier. Des maladies infantiles telles que la rougeole ou les oreillons, considérées par l’OMS comme quasiment éradiquées du moins dans les pays développés, pourraient réémerger. L’hypothèse d’une possible éradication( 3) exclut en effet la présence de tout réservoir animal.

Des continents en sursis

© IRD / Y. Paris Campagne de vaccination contre la rougeole

Autre conclusion alarmante de cette étude, certains virus extrêmement dangereux ont été découverts dans des régions du monde où on ne les soupçonnait pas. C’est le cas par exemple des virus Hendra et Nipah, deux pathogènes émergents qui ont provoqué récemment des épidémies d’encéphalites( 4) mortelles en Asie et en Australie. Aucun cas humain n’a été décelé ailleurs dans le monde à ce jour. Pour autant, les chercheurs les ont découverts dans les organes de chauves-souris africaines. Au Gabon et au Ghana, où a porté l’étude, les deux agents infectieux apparaissent en réalité fortement présents, laissant craindre une possible émergence sur ce continent.

Les chauves-souris étaient d’ores et déjà bien connues pour véhiculer des maladies telles qu’Ebola ou la rage, dont les flambées épidémiques sont foudroyantes mais demeurent peu fréquentes et circonscrites géographiquement. On les découvre maintenant comme des réservoirs potentiels d’une multitude d’infections qui touchent l’homme et les autres animaux dans le monde entier. Toute étude épidémiologique sur les paramyxovirus devra désormais prendre en compte les données écologiques concernant ces animaux volants.
Revenir en haut Aller en bas
florence

avatar

Date d'inscription : 10/09/2010
Age : 35
Localisation : saturne

MessageSujet: Re: bonne pub   Dim 25 Oct 2015 - 15:29

encore une étude financée par sanofi pasteur à tous les coup.pour vendre des vaccins
Revenir en haut Aller en bas
florence

avatar

Date d'inscription : 10/09/2010
Age : 35
Localisation : saturne

MessageSujet: je préfère celle ci   Dim 25 Oct 2015 - 15:30

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: bonne pub   

Revenir en haut Aller en bas
 
bonne pub
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonne valise
» très petites pour bonne vue
» bonne année
» Bonne fete Ewok :))
» Bonne fête David!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Bretagne Vivante :: Les Naturalistes de L'Ouest :: Mammifères :: Chiroptères-
Sauter vers: